logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/07/2009

Pourquoi les grands média n'en parlent pas ???

Voici la note que j'ai copié chez Monique "etatd'aïl"

Ils souffrent et ils meurent

Une équipe de chirurgiens français est empêchée depuis dimanche 5 juin d’entrer dans la bande de Gaza. Joint au téléphone, Christophe Oberlin, l’un des responsables de cette mission, raconte

 

Quand devait débuter votre mission dans la bande de Gaza ?

Christophe Oberlin : Nous sommes partis de France samedi 4 juillet. On devait passer dimanche le check-point israélien d’Erez, qui permet d’entrer dans la bande de Gaza. Mais cela fait trois jours que nous sommes bloqués et que nous attendons que les Israéliens nous laissent traverser. Nous sommes neuf chirurgiens, français, anglais et espagnol, mandatés par le ministère français des affaires étrangères, dans le cadre de la mission humanitaire de formation de chirurgie et d’enseignement que l’on mène depuis 2002, à raison de trois à quatre missions par an à Gaza.

Quelles raisons invoquent les Israéliens pour vous empêcher de passer ?

Aucune. Arrivés à Erez, on a montré nos papiers, notre ordre de mission et on nous a dit que nous ne passerions pas. Au cours des 25 missions que j’ai effectuées, on a souvent eu des ennuis avec les Israéliens. Tantôt, ils laissaient passer cinq personnes de l’équipe, et pas les autres. Certains ont été bloqués cinq jours, d’autres définitivement. Une fois, l’un d’entre nous a été remis dans l’avion de manière arbitraire. Jamais l’équipe entière n’a été bloquée pendant toute la durée de la mission.

Que dit le ministère des affaires étrangères français ?

Toutes les vexations que nous connaissons aujourd’hui sont le quotidien des diplomates du consulat de France à Jérusalem. Le premier adjoint du consulat s’est fait refouler à Erez, avant-hier. Un véhicule du consulat de France a été fouillé récemment alors que c’est illégal. C’est l’ambassade de France qui maintenant se charge du dossier et son premier secrétaire appelle régulièrement l’armée, en vain pour l’instant.

Quel est le but de votre mission ?

Cette semaine, nous devions donner trente heures de cours à des chirurgiens palestiniens qui suivent sur deux ans une formation en microchirurgie et chirurgie réparatrice. Nous devions voir aussi en consultation chirurgicale 70 patients qui souffrent de séquelles de blessures de guerre, paralysie, chirurgie nerveuse, reconstruction cutanée. Par la même occasion, nous soignons aussi les enfants atteints de tumeur ou victimes d’accidents d’autres origines. Depuis le début de cette mission, on a opéré entre 700 à 800 patients, dont 45 % sont des enfants.

Combien de chirurgiens formez-vous à Gaza ?

C’est une formation en deux ans. Sept Palestiniens ont été diplômés dans la première promotion sortie il y a deux ans. Cette année, dans la deuxième promotion, en fin de première année, ils sont huit. On devait faire passer les examens pour le passage de première en deuxième année. Si les Israéliens ne nous laissent pas passer, la formation de ces chirurgiens palestiniens est fichue pour cette année.

À chaque mission, nous voyons quatre fois plus de patients que nous ne pouvons opérer. C’est pourquoi nous sommes passés à la formation car il y a un besoin aigu. Le premier de nos élèves formés, Mohamed Al Rantissi, fait 100 interventions chirurgicales par an, ce que nous faisons en un an avec quatre déplacements. Une personne sur place est aussi efficace que la totalité des missions. Avec les diplômés et ceux à venir, d’ici à cinq ans, on devrait couvrir les besoins de la population de Gaza dans ce type de chirurgie spécialisée. Ces formations évitent des évacuations sanitaires et permettent de créer des centres chirurgicaux localement.

Recueilli par Agnès ROTIVEL

07/07/2009 20:00

extrait de    http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2381209&a...

-------------

Tandis que le journal La Croix et la radio France Info faisaient état de la situation de cette équipe chirurgico-médicale bloquée par l’armée israélienne au poste frontière d’Erez, l’ambasseur d’Israël appelait Frédéric Barrère à France Inter, pour demander qu’il renonce à traiter cette information !

Quand le Pr. Christophe Oberlin estime être dans son droit, difficile, même pour les Israéliens, de se mettre en travers de sa route. Après 4 jours de refus consécutifs de la part du gouvernement israélien, le chirurgien de renommée internationale est entré ce matin dans la bande de Gaza et s’est aussitôt mis au travail à l’hôpital Khan Younès avec 3 autres médecins de son équipe.
Le Pr.Oberlin nous a appris la bonne nouvelle. Il a fini par rentrer jeudi à 11 H 30 dans la Bande de gaza, après avoir squatté pendant 4 jours devant le poste frontière d’Erez et avoir appelé la terre entière pour réussir à tenir ses engagements.

Dès cet après-midi, il était au travail, aux côtés du Dr. Mohamed Rantissi, pour une longue série de consultations, qui ont pris du retard, et qui seront suivies d’interventions chirurgicales liées à des blessures infligées par l’armée israélienne à la population palestinienne pendant l’opération élégamment nommée "plomb durci".

Il dispensera ensuite aux médecins palestiniens un enseignement dans sa spécialité, comme il le fait à chacune de ses missions.

Le Pr. Oberlin, est avec 3 médecins de son équipe, tandis que le Dr. Christophe Denantes, anesthésiste, actuellement occupé à l’hôpital de Jenine, avec le reste de l’équipe, devrait le rejoindre dans les prochaines heures.

Il a fallu notamment l’intervention de Me Gilles Devers, qui a engagé des procédures, déposant plainte auprès du ministre français des affaires étrangères, pour que le gouvernement israélien soit obligé de céder.

extrait de  ttp://europalestine.com/spip.php?article4268

Commentaires

Curieusement, ce matin, j'ai reçu un diaporama relatif au hamas. Je vais le mettre sur le blog, cela fera écho à ta note.

Bises

Geneviève

Écrit par : Geneviève | 12/07/2009

Finalement, pas d'écho à ta note, j'ai détruit le fichier. Je ne pensais pas m'en servir.
re-bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 12/07/2009

Il n'y a pas d'enjeu interressant pour les medias C'est vraiment la preuve que l'on nous montre que ce que l'on veut
Bonne soirée bises

Écrit par : fleurbleu | 12/07/2009

Comme Fleubleu je dis qu'il faut se faire une raison : ON NE PARLE QUE DE CE QUI EST VENDEUR !!! Et de plus la censure gouvernementale est plus que présente.
Bonne soirée.
Amitiés de Michel

Écrit par : michel | 12/07/2009

Ma Biche, tu sais très bien que s'il s'était agi de l'autre côté du mur... je préfère me taire.. Tu as bien fait d'en parler.. Bises de miche

Écrit par : miche | 14/07/2009

et bien si les médias n'en parlent pas, sur le blog on le fait et il est à espérer que ce sera lu par un grand nombre de personnes .... quand il s'agit de la vie d'êtres humains il y a intérêt à attirer l'attention sur de tels agissements, enfin c'est ce que je pense, mais ce n'est ni rentable, ni vendable pour lé médias ... il vaut mieux s'attendrir sur les roucoulades du couple présidentiel le 14 juillet ....
Bises
ANNIE

Écrit par : maminie | 18/07/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique